HÉBERGEMENT

La mission locale vous donne des informations sur la recherche d’un hébergement et accès à un logement autonome.

Afin d’apporter aux jeunes tous les services nécessaires pour lever les freins à l’insertion, la mission locale dispose d’un réseau de partenaires locaux : entreprises, organismes de formation, service public de l’emploi, services de santé de logement et d’action sociale, services publics locaux, collectivités, associations, etc.

Les jeunes veulent en premier lieu intégrer le monde du travail et cela peut prendre un certain temps.

En toute confidentialité, peuvent être abordés :

LE LOGEMENT ET L’HÉBERGEMENT

La mission locale ne s’attarde pas sur les logements privés (recherchés via les annonces ou les agences) ou publics (accessibles via une inscription sur la liste des demandeurs de logements sociaux)

Les différents types d’hébergement

  • Les centres d’hébergement d’urgence (CHU) sont des structures accueillant des personnes pour de courtes durées et généralement de manière gratuite. Ils accueillent en fonction de la place disponible, et il n’y a pas de conditions d’entrée. L’hébergement est souvent collectif, mais il peut être individuel. C’est vers ce genre d’endroits que sont par exemple orientées les personnes dans le cadre du plan grand froid. L’accueil est souvent fait à la nuitée.
  • Les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) sont des structures accueillant un public dans le cadre de son insertion professionnelle (personnes en formation ou sur le point d’y entrer, par exemple). Ils n’accueillent pas dans l’urgence, mais après une orientation par un travailleur social. Il est possible d’y rester plusieurs mois ; si à l’entrée on ne demande pas de participation financière, une participation peut l’être par la suite. Un accompagnement social est prévu pour les résidents. Cet hébergement peut être collectif ou non.
  • Les hôtels sociaux (HS) sont des structures accueillant des personnes dans le cadre de leur insertion sociale et professionnelle. Une participation financière est prévue, et des aides de la CAF sont possibles. L’orientation est faite par les services sociaux mais les hôtels n’ont pas l’obligation de suivi social.
  • Les résidences sociales ressemblent aux structures précédentes mais les habitants ont un statut de résident locataire (et paient un loyer), et les habitations sont normalement meublées. Le but est normalement de basculer vers une solution de logement durable.
  • Les foyers maternels sont des établissements pouvant accueillir des femmes enceintes (au moins sept mois) ou ayant un enfant de moins de trois ans. Les femmes sont logées dans une chambre ou un appartement et elles s’acquittent d’une somme d’argent (possibilité d’aide au logement). Un service de crèche est disponible. Cette solution d’hébergement est normalement réservée aux personnes ayant besoin d’un accompagnement éducatif spécifique. L’orientation se fait via les services sociaux.
  • Les foyers jeunes travailleurs (FJT) accueillent des jeunes gens (16 à 25 ans le plus souvent, certains accueillent dès 16 ans / certains jusqu’à 30 ans) aux revenus stables, pendant un délai de deux ans maximum. Les candidatures y sont spontanées. L’accueil se fait en chambres ou en studio, la restauration et les sanitaires peuvent être collectifs ou dans l’habitation. Le prix des loyers peut varier entre environ 350 et 600 euros, des aides au logement étant possibles.
  • Une liste des FJT de la région Ile-de France.